Recevez toutes nos astuces par e-Mail >>

IBC 002 : L’élément indispensable à optimiser sur votre site d’entreprise pour convertir plus…

IBC 002 : L’élément indispensable à optimiser sur votre site d’entreprise pour convertir plus…

 

Transcription de l’enregistrement audio :

« Bonjour, c’est Patrick Grobéty. Aujourd’hui, on va voir ensemble quel est l’élément primordial à optimiser sur votre landing page ou site d’entreprise pour faire en sorte que les visiteurs, donc vos clients potentiels, prennent la peine de lire la suite et prennent la peine de rester sur votre site pour s’intéresser à votre service, à votre produit ou au contenu que vous proposez.

La majorité des gens, des « spécialistes » ou des « experts » vous disent : « Il faut avoir un long texte de minimum 1’500 mots. Il faut qu’il soit optimisé pour les moteurs de recherche, il faut le rédiger comme ça avec cette structure. » C’est vrai, mais la problématique, c’est qu’en faisant seulement ceci, vous n’incitez pas les gens à le lire.

Je m’explique : les statistiques montrent que vous avez 7 secondes pour convaincre. La première chose que les gens voient sur votre site, c’est le titre. Vous avez beau optimiser le contenu, faire un beau contenu, si les gens ne viennent même pas lire le contenu, ça ne sert à rien.

Une autre statistique qui démontre ceci, c’est qu’il y a 8 personnes sur 10 qui lisent le titre, mais il y en a seulement 2 sur 10 qui lisent le contenu. Donc à nouveau, le titre est primordial. De prendre du temps sur le contenu, c’est bien, mais si vous rédigez un mauvais titre, vous aurez des mauvais résultats. Très peu de gens vont lire la suite et rester sur votre site. Donc des gens qui seront potentiellement intéressés par votre proposition commerciale.

Aujourd’hui, on va voir comment optimiser un titre, le titre parfait on va dire, pour amener un maximum de visiteurs à lire la suite.

Première chose : la longueur du titre. Idéalement, il faudrait qu’il fasse moins de 65 caractères. Pourquoi ? (1ère astuce)

Parce qu’en fait, si vous allez sur Google, vous verrez que les titres longs, ils sont coupés par trois petits points. C’est-à-dire que si vous voulez que les gens voient la totalité de vos titres sur les moteurs de recherche, il faut faire en sorte qu’ils ne soient pas trop longs, donc moins de 65 caractères. Parce que le problème, c’est que s’il est coupé, les gens auront de la peine à comprendre le contenu.

En général, la majorité des gens scannent le titre. Ils lisent le premier mot, les 2-3 derniers mots, mais tout ce qui est au milieu, ils ne le voient pas. Si déjà c’est coupé et ils lisent le début et la fin, ils ne vont rien comprendre. Donc vraiment, première chose à faire : rédiger un titre court, moins de 65 caractères et faire en sorte – par la suite ce qu’on va voir – qu’il soit percutant.

Comment rendre un titre percutant ? (2ème astuce)

Il y a plusieurs astuces qu’on va voir. La première chose, c’est par exemple de poser une question. Le fait de poser une question, c’est un des moyens les plus efficaces pour avoir un titre qui incite les gens à lire la suite. Comme ça, les gens s’identifient vraiment, en posant une question pertinente, ça va donner envie, ça attire l’attention et puis ça donne envie aux lecteurs d’aller plus loin parce qu’ils ont l’impression que vous leur parlez directement.

L’exemple des questions, on l’a déjà vu dans d’autres formations, dans d’autres astuces qu’il y avait : « Désirez-vous plus de trafic ? » C’est une question qui revient souvent et ça attire l’attention. Donc on se dit : ben oui, parce qu’on pense qu’on a besoin de plus de trafic pour avoir plus de clients, ce qui n’est pas nécessairement le cas. Mais avec ça, en tout cas, on s’identifie puis on a envie de lire la suite.

Il y a d’autres exemples dans le domaine par exemple de l’immobilier, « Comment vendre votre maison rapidement ?». On pose une question et puis les gens ont envie de lire la suite. C’est ça, la première chose.

Ensuite, la deuxième chose qui va encore un peu plus loin – ça peut être couplé avec cette question – c’est d’utiliser des nombres. Utiliser des nombres, c’est factuel, donc on arrive mieux à s’imaginer à quoi ça correspond. Je vais prendre un exemple un peu concret parce que là c’est peut-être un peu flou pour vous.

Si on reprend l’exemple que j’ai dit au début, « Désirez-vous plus de trafic ? » ou « Comment obtenir plus de trafic rapidement ? » où le mot rapidement en fait n’est pas très tangible. Donc en remplaçant le mot rapidement par un délai par exemple, on arrive mieux à quantifier ça et ça incite encore plus les gens à lire la suite.

Donc « Comment obtenir plus de trafic rapidement ? » se transformerait en « Comment obtenir plus de trafic en moins de 24 heures ? », par exemple. La même chose pour les maisons : « Comment vendre votre maison en moins de 24 heures ? ». Au moins les gens ils savent : c’est vendre une maison en moins de 24 heures. On arrive à s’imaginer ce que c’est en termes de temps. 24 heures, c’est très rapide. Donc ça donne envie de voir vraiment qu’est-ce qui est proposé pour y arriver.

Pourquoi utiliser la négation ? (3ème astuce)

Là, on a vu des questions, on a vu le fait de mettre des nombres. Il y a une chose qui marche aussi très bien, c’est le fait d’utiliser la négation. La négation, dans l’esprit des gens, ça fait penser à l’insécurité et puis souvent ça nous donne envie de trouver la solution pour résoudre ceci et ça donne envie d’aller plus loin pour trouver cette solution. Dans les mots négatifs, il y a non, sans, stop, par exemple.

Et puis, si on prend l’exemple, vous pouvez par exemple dire : « Arrêtez ceci avant d’avoir lu la suite… » ou « Arrêtez de repeindre votre maison avant d’avoir lu ceci… » ou encore « Ne repeignez plus votre maison… » ou « Ne sécurisez plus votre maison avant d’avoir lu ceci… ».

À nouveau, la négation est dedans, et puis ça donne envie de lire la suite parce qu’on se dit : « Mais pourquoi il me dit d’arrêter de peindre maison ? Pourquoi il me dit il ne faut pas sécuriser ma maison ? » Cela nous donne envie de voir quelle est la solution qui est proposée.

Moi j’ai fait un test il y a quelque temps où j’avais ciblé des personnes, des entrepreneurs qui faisaient de la publicité sur Adwords, dans certains domaines d’activité, et j’ai fait un mailing à ces personnes. C’était des personnes qualifiées qui avaient donné leur accord, je précise. Mais j’ai fait un mailing à ces personnes-là en leur disant : « Ne continuez plus vos publicités AdWords avant d’avoir lu ceci… », quelque chose comme ça.

En faisant ceci, j’ai obtenu des taux d’ouverture deux fois supérieurs à la moyenne qu’on voit en général dans le domaine du mailing qui est de l’ordre de 30 % de taux d’ouverture moyen si on cumule un peu tous les domaines d’activités. Et là je suis arrivé à près de 60 % de taux d’ouverture, environ 60 %. Donc à nouveau ça démontre qu’en utilisant la négation, il y a un taux d’ouverture qui est aussi extrêmement intéressant pour les mailings et c’est la même donc pour les titres.

Petite précision pour ce que j’ai fait : bien entendu, j’ai segmenté la liste en deux, envoyé une partie avec un titre standard, on va dire, et une partie en utilisant cette technique de négation et j’ai obtenu 30 % environ de taux d’ouverture avec la première liste qui est le taux moyen comme je l’ai dit et 60 % en utilisant cette négation.

Donc on voit que c’est intéressant pour les taux d’ouverture. Mettez-le aussi en pratique pour vos titres parce que ça convertit extrêmement bien. Enfin, ça convertit… ça permet aux gens de mieux s’identifier, c’est le domaine de l’insécurité et surtout, ça les incite à lire la suite de votre proposition.

Voilà, c’était un peu les points que je voulais voir avec vous aujourd’hui. A nouveau, je vous invite toujours à tester ceci sur votre site ou dans votre landing page. N’hésitez pas à faire plusieurs tests et chaque fois à calculer, à mesurer tout ce qui est mesurable pour trouver la meilleure phrase, le meilleur titre qui fera en sorte que les gens restent plus longtemps sur votre contenu par exemple, ou qu’il y ait un taux de rebond qui est moins élevé.

Le taux de rebond, ce sont les gens qui viennent sur une seule page et qui quittent directement cette page, donc qui ressortent par la même page qu’ils sont rentrés. En mettant des titres accrocheurs, ça peut les inciter à lire la suite. Ensuite, en dessous, avoir d’autres titres accrocheurs vers d’autres articles ou d’autres pages, ça peut les intéresser à aller voir une autre page.

Donc là, en mesurant le temps passé sur votre site et éventuellement le taux de rebond, ça peut vous donner de bons indicateurs pour voir quel est le meilleur titre que vous avez utilisé sur votre page ou votre site d’entreprise.

Alors, moi je vous dis à tout bientôt pour une prochaine astuce et d’ici là, je vous souhaite tout plein de succès. Au revoir. »

clients

Laisser un commentaire

Nom, prénom*

e-Mail*

Site Internet